1914 Reims – 2019 Paris

En octobre dernier Thomas W. Gaehtgens a publié ce qui est plus qu’une étude, mais un véritable mémorial de Notre-Dame de Reims. Cathédrale incendiée en 1914 par les bombardements allemands, reconstruite après-guerre en grande partie sur fonds américains, elle montre une chose: la cathédrale est un symbole universel, en temps de guerre comme en temps de paix. 105 ans après,

Alors que les pompiers sont héroïquement parvenus à sauver la structure, les tours et les rosaces de Notre-Dame-de-Paris, et que le monde entier exprime une intense émotion, l’histoire montre le caractère universel, sacré et politique, de ces lieux de foi, mais aussi qu’elles n’appartiennent pas à une seule nation. Comme l’écrivait Alain Erlande-Brandenburg à la fin de l’article qu’il avait consacré à Notre-Dame de Paris dans Les Lieux de Mémoire de Pierre Nora (tome 3, p.4208), parlant des funérailles de Charles de Gaulle: “L’Univers est à Notre-Dame, à Notre-Dame de l’Univers”.

HB

Amazonie et Grande Muraille Verte

Une maison d’édition efficace se doit d’être surprenante. Depuis 2015 et l’arrivée de Blandine Genthon à la tête de cette entreprise dont le cœur de métier est de valoriser la recherche, les éditions du CNRS, ou plutôt CNRS Editions, me surprend souvent. Le 4 avril 2019 sont parus en même temps un collectif dirigé par Gilles Boëtsch et quatre chercheurs sur la « Grande Muraille Verte », et une étude sur l’Amazonie, par François-Michel Le Tourneau. Deux sujets dont la presse et les digests parlent souvent, mais sur lesquels paradoxalement très peu de données scientifiques étaient accessibles. Voici qui est comblé, et qui comblera au lycée et en prépa ceux qui enseignent la géographie du développement durable, la géographie et la géopolitique du Sahel et du Brésil.

« L’Amazonie » n’existe pas

C’est en tout cas par cette phrase que commencent les 524 pages sur l’Amazonie du livre de François-Michel Le Tourneau. Le sous-titre Histoire Géographie Environnement peu sembler bien aride, mais la lecture est une plongée savante dans un espace méconnu, servi par de nombreuses cartes et graphiques en couleur (si, si, et c’est rare). Si l’espace géographique confirme le savoir connu, la partie historique est très nouvelle : la conquête coloniale et ses effets démographiques, la naissance de l’Amazonie comme front pionnier, son appropriation par l’imaginaire brésilien, le boom ambigu du caoutchouc et la question des frontières d’États sont autant de dilatations de la pensée autour de cet espace considéré depuis 1911 comme un enjeu de puissance et de soft power par le Brésil, aux dépens de ses voisins. Les trois dernières décennies permettent de poser les enjeux actuels : la question agraire et le « chaos foncier », la protection de la biodiversité, la question indienne et les législations sur le déboisement. Alors « Que vaut l’Amazonie ? » (p. 367) : la réponse est en partie dans l’extrême difficulté à contrôler un territoire plurinational, peu dense, très montagneux, fantasmé politiquement à l’échelle continentale et environnementalement à l’échelle mondiale. L’auteur affirme qu’il existe une « malédiction amazonienne » (ses produits sont peu rentables), que la forêt souffre de son image d’espace « vierge » (ce qui marginalise ses habitants) et que « l’illusion de l’abondance » qu’elle suscite empêche un développement efficace de cette terre. Alors faut-il « cesser de développer l’Amazonie » ? (p.485).

15 km de coopération contre l’aridité

Cesser de développer n’est pas du tout le cœur de l’ouvrage dirigé par les géographies, écologues et ingénieurs Gilles Boëtsch, Priscilla Duboz, Aliou Guisse et Papa Sarr. La Grande Muraille Verte (GMV) est une utopie en marche, proposée en 2002 dans le cadre de l’Union Africaine. En 2010, une Agence a même été créée pour en rationaliser les financements et l’application. Ces 15 km de bande végétale sur 7800 km de long, de la Mauritanie à Djibouti, ont trois objectifs : 1) retenir l’aridification des sols ; 2) créer une coopération environnementale ; 3) permettre un équilibre écologique en rétablissant des espèces végétales et animales qui en fassent une autoroute de la biodiversité. Mais le principal problème, hors les vicissitudes politiques, est le maintien de l’eau sur ce tracé plutôt aride. Comment maintenir les dattiers ? les insectes ? les petits mammifères ? Comment permettre aux communautés d’y vivre sans s’y sentir enfermés ? Quelles conséquences sur la santé de ces habitants ? Très étonnant article de Massamba Diouf sur « la santé bucco-dentaire » des habitants : l’eau y est très salée, mais la population y est mieux suivie qu’ailleurs. Et surprenant papier de six agronomes et biologistes sur « la communauté des petits rongeurs » dont la santé est le symptôme de l’état de cette utopie environnementale contemporaine.

Ces deux ouvrages exigeants mais finalement très accessibles n’ont pas que le mérite de combler des lacunes bibliographiques pour le public cultivé. Ils interrogent aussi le rôle ambigu des acteurs politiques et de l’imaginaire collectif autour de deux espaces (la forêt, le désert) que les sociétés locales contrôlent, mais que les autorités politiques pensent, à tort selon les auteurs, peu capables de gérer seules ces territoires symboles de nos troubles environnementaux.

HB

2019: l’Algérie en transition

Le 2 avril 2019 le président algérien Abdelaziz Bouteflika a démissionné. 20 ans à la tête du pouvoir. Le dernier représentant de la génération qui a lutté contre la colonisation française pour l’indépendance du pays. Pour une fois, ce n’est pas seulement l’armée qui semble avoir poussé Bouteflika dehors, ou alors en croche-patte de dernier moment, mais bien les manifestations populaires, de plus en plus massives. Trois questions se posent: 1) Qui pour lui succéder? 2) Qui pour reconstruire un paysage politique fossilisé? 3) Quel rôle pour l’armée et quelle influence pour les islamistes? Impossible de répondre à ces questions aujourd’hui, mais certaines analyses publiées avant cette démission peuvent contextualiser les sujets de demain.

L’Algérie pourrait…

Akram Belkaïd est journaliste au Monde Diplomatique et chroniqueur au Quotidien d’Oran. Le 4 avril vient de paraître, dans la riche collection “En 100 questions”, dirigée par François-Guillaume Lorrain, le numéro consacré à l’Algérie. J’adore les sous-titres: ils en disent souvent bien plus sur les objectifs des ouvrages. Belkaïd l’a sous-titré “Un pays empêché”. La démission de Bouteflika maintient-elle la pertinence de ce sous-titre? Pourtant une des questions attendues (“Pourquoi les Algériens se désintéressent-ils de la politique”) se termine d’une manière prémonitoire: “Sur Internet comme dans la vie de tous les jours, c’est une véritable guerre de position que livre le régime pour ne pas se laisser déborder. Va-t-il finir par craquer et ne plus endiguer la contestation? C’est inévitable. Reste à savoir quand et dans quelles conditions cela va intervenir” (p. 134). Tout était déjà écrit dans son introduction: “L’Algérie pourrait. Mais elle arrive à peu. Vue de l’extérieur, elle donne l’impression de se restreindre et de se chercher en permanence comme si de puissantes forces invisibles l’empêchaient de prendre enfin son envol” (p. 12).

… malgré des “forces invisibles” très visibles…

L’Algérie est le 18e producteur mondial de pétrole, 9e producteur de gaz naturel (6e exportateur), a 25 ans de pétrole et 55 ans de gaz disponibles en réserves prouvées. 98% des exportations du pays viennent des hydrocarbures (60% du budget de l’État). Comment l’Algérie pourrait-elle sans se diversifier économiquement? Problème 1: la corruption, et pas seulement celle du “système” qui entoure l’ex-chef de l’État, mais aussi celle du quartier ou du moindre papier administratif. Problème 2: le système bancaire; 85% des actifs sont entre les mains des banques publiques, qui n’accordent quasiment pas de prêts aux entreprises. Et le paiement électronique est à peine balbutiant. Problème 3: le dinar n’est pas convertible pour les particuliers; or la diaspora algérienne envoie beaucoup d’argent au pays, ce qui alimente un marché noir des devises étrangères dont 80% est l’euro. Ces problèmes sont anciens et connus, et exaspèrent la population du pays qui a tenté l’économie dirigée, le développementalisme, une faible libéralisation, et ne correspond plus aujourd’hui à grand-chose d’autre qu’à une économie de rente qui dépend aussi des apports d’une grande diaspora qui ne peut pas facilement aider le pays, et qui voit l’armée et l’élite politique, sous prétexte de tenir un pays autrefois sujet aux convulsions révolutionnaires islamistes, contrôler l’essentiel des fruits de l’économie. On a longtemps expliqué l’apparente apathie de la population, comme au moment des Printemps arabes, par la peur du retour à la “décennie sanglante” (1992-1999) entre l’armée et les islamistes, et ses 40 000 à 200 000 morts.

… comme l’environnement

Problème 4: la pollution du pays. Dans les grandes villes, le taux de pollution de l’air est sept fois plus important qu’en Europe, dans le nord mais aussi dans le sud saharien. Le DDT continue d’être utilisé dans l’agriculture, les rejets industriels et les eaux usées polluent les côtes devenues repoussoirs pour les habitants et les touristes, et surtout les déchets ménagers encombrent les rues. Pourquoi un pays aussi sale? L’État. “Considérant que le pays appartient à ce dernier, de nombreux Algériens n’ont aucun scrupule à laisser se détériorer l’espace public. Et c’est pour montrer que ce même pouvoir est incompétent que d’autres Algériens se mobilisent pour des campagnes de nettoyage des villes et des campagnes” (p.242). Je pense à la Chine, où la seule contestation possible du régime vient des manifestations hostiles à la pollution de l’air dans les grandes métropoles.

Et si la question environnementale était aussi une des vraies raisons, après la corruption, la misère, la faiblesse des droits et des libertés, de la révolution algérienne d’avril 2019? Ce n’est pas la moindre des bonnes idées que suggère ce livre. Tant que ces questions environnementale, financière et politique ne seront pas réglées, pas impossible que la révolution d’avril 2019 ne soit qu’un un coup d’épée dans l’eau.

HB

2010, Haïti: l’ONU, cause du choléra?

Haïti, 12 janvier 2010, 16h53. Un séisme de magnitude 7 dévaste l’ouest du pays, suivi de centaines de répliques. Autour de 300 000 morts, plus de 300 000 blessés, plus d’un Haïtien sur 10 n’a plus de toit. Le palais présidentiel et nombre de prisons sont détruits. L’ONU est présente dans le pays : le chef de mission de la Minustah (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti) est mort dans le séisme. Un mouvement mondial s’organise pour aider les Haïtiens. Pourtant, en octobre, une épidémie de choléra se propage, sans que les institutions moribondes de l’État ni les ONG ne réussissent à en endiguer le flux.

Le témoignage d’un acteur direct
L’épidémiologiste Renaud Piarroux, chef de service à la Pitié-Salpêtrière, professeur à la faculté de médecine de Sorbonne Université/INSERM, est appelé par l’ambassade de France pour aider les services sanitaires à se reconstituer et à lutter contre l’épidémie et ses effets. Il constate que la catastrophe est née de la négligence criminelle des casques bleus de l’ONU : un contingent de Népalais est arrivé en octobre 2010 alors que sévissait dans leur pays une épidémie de choléra. Ils ont rejeté leurs fluides contaminés dans la rivière Meye qui se jette dans le fleuve Artibonite. 500 000 victimes potentielles : « le choléra est la conséquence d’une gestion calamiteuse des sanitaires par l’ONU ».

Lutter contre les manipulations
Pourtant pendant plusieurs semaines, nombre d’experts diffusent une théorie environnementale : le choléra serait présent de manière endémique en Haïti et se serait diffusé à cause des destructions du séisme. Dès novembre 2010, le rapport de Renaud Piarroux met en avant la responsabilité des soldats de l’ONU, et rappelle qu’il n’y a jamais eu d’épidémie massive de choléra dans le pays avant 2010. Les discours officiels parlent de 7000 morts liés au choléra. Pour lui, le chiffre est plutôt autour de 30 000 morts. Le rapporteur général de l’ONU, Philip Alston, constate comme Renaud Piarroux que nombre de preuves ont été effacées, que l’ONU a tenté de limiter l’accès aux lieux à l’origine de l’épidémie, et que certains experts se sont dévoyés dans la théorie environnementale. Depuis 2011, le choléra est endémique dans le pays. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a présenté les excuses de l’organisation aux Haïtiens en décembre 2016. Fin 2018, l’OMS annonce qu’il n’y a plus de cas enregistrés.

Éthique: un cas d’école
Dans Choléra. Haïti 2010-2018, histoire d’un désastre (CNRS Editions, 2019), Renaud Piarroux constate : 1) que la science peut être dévoyée par les scientifiques eux-mêmes ; 2) que comme nombre d’organisations, l’ONU peut mentir pour préserver son image ou échapper à ses responsabilités ; 3) que les questions sanitaires sont donc aussi, ou d’abord, des questions politiques dans lesquelles les médecins comme les victimes peuvent se trouver noyés. Un témoignage majeur pour réfléchir aux liens entre géographie sanitaire et histoire des institutions, un cas d’école pour qui réfléchit à l’éthique des organisations.

Les citations sont extraites de l’ouvrage.
Lire l’entretien que Renaud Piarroux a accordé à Paul Benkimoun et Béatrice Gurrey le 23 mars 2019.
HB

Catalogne 1978-2018

“Défendre Madrid, c’est défendre la Catalogne”. En novembre 1936, la Généralité de Catalogne publie une affiche en soutien à Madrid, capitale républicaine assiégée par les troupes nationalistes de Franco. Barcelone vit son existence politique et ses droits régionaux étroitement liés au sort de la jeune République qui a reconnu sa spécificité en 1932. Après 40 ans de silence de plomb franquiste, après 40 ans d’une démocratie qui a reconnu l’existence de la Catalogne dans un royaume décentralisé, la crise politique semble réinterroger depuis 2017 ce rapport entre la Catalogne et l’Espagne.

Deux livres d’objectifs et de styles très différents sont parus en février 2019. L’historien Benoît Pellistrandi fait paraître Le labyrinthe catalan, chez Desclée de Brouwer: la crise catalane y est expliquée dans toute sa complexité historique, mais aussi à travers les transformations des nationalismes catalans. La journaliste Laurence Debray publie la version augmentée de sa biographie du roi Juan Carlos, initialement parue en 2013, pour y inclure l’abdication de celui qui a permis la transition démocratique; elle n’y cache pas son admiration pour le personnage, et y raconte avec vivacité la naissance de la monarchie parlementaire (1975-1978).

La liberté catalane, fruit de la transition démocratique

La Catalogne est à la fois dedans l’Espagne et en dehors. Elle prend hélas peu de place dans la biographie de Juan Carlos. La transition démocratique était le fruit d’un “pari audacieux” (p.235) qui incluait notamment le retour d’exil de Josep Tarradellas, le 23 octobre 1977, comme président de la Géneralité catalane; créée en 1932, elle est restaurée en 1977 contre la reconnaissance de la monarchie et de l’unité de l’Espagne, “royaume décentralisé” et non simple assemblage de nations. Mais cette région semble un petit détail dans sa vivante biographie comme dans l’histoire du roi. Le père du roi Juan Carlos était comte de Barcelone, mais l’anecdote s’arrête là.

Le problème est au contraire au coeur du petit livre dense de Benoît Pellistrandi. D’abord parce qu’il met de la longue durée dans le nationalisme catalan actuel, sans cacher au lecteur sa méfiance vis-à-vis de l’actuelle “comédie” politique qui se joue à Barcelone (p.19). S’il revient sur les XVIIIe et au XIXe siècle, il inscrit surtout les troubles d’aujourd’hui dans l’histoire de la transition démocratique pour laquelle il n’existe que des citoyens espagnols (pas de citoyens catalans), et où ce sont les citoyens espagnols et non les territoires qui donnent des droits (pas de légalité d’un référendum d’appartenance au pays). Si les errances des mouvements nationalistes font du catalanisme politique un “labyrinthe”, le nationalisme catalan incarné par Carles Puigdemont traduit plus une “crise assez profonde du fonctionnement des démocraties libérales en général, (et) de la démocratie espagnole en particulier” (p.187):

1) crise gauche/droite, radicalisée jusqu’à se transformer en une crise Catalans v. Espagnols;

2) crise institutionnelle qui peut remettre en cause la monarchie parlementaire, fondement de la démocratie espagnole, garant de l’équilibre de la Constitution de 1978. Le risque du retour violent d’une minorité franquiste (dont Vox est l’émanation?) existe: elle n’a accepté la démocratie que parce que Juan Carlos a succédé légalement à Franco ;

3) crise de la vérité, les nationalistes catalans opposant la post-vérité d’un Metternich-Rajoy régnant sur une Madrid corrompue à leur “mythologie romantico-révolutionnaire” (p.197).

La Catalogue de 2018 ravive les plaies apaisées en 1978

Alors oui, la crise catalane révèle les ambiguïtés du compromis historique, né de la transition, dont les arrangements nécessaires sont aujourd’hui remis sur la table: acceptation de la royauté, pas de procès du franquisme, acceptation des spécificités régionales contre soutien à l’unité politique. Le gouvernement Puigdemont a proclamé puis suspendu la république de Catalogne. Franco vient d’être exhumé du Valle de Los Caidos. L’imposition de la langue catalane se fait parfois aux dépens de la langue espagnole. Le roi Felipe VI se doit “d’arbitrer et de modérer” (Laurence Debray p.338) un pays aux blessures ravivées.

L’entretien que Benoît Pellistrandi m’a accordé à Radio Notre-Dame est accessible ici.

HB