2010, Haïti: l’ONU, cause du choléra?

Haïti, 12 janvier 2010, 16h53. Un séisme de magnitude 7 dévaste l’ouest du pays, suivi de centaines de répliques. Autour de 300 000 morts, plus de 300 000 blessés, plus d’un Haïtien sur 10 n’a plus de toit. Le palais présidentiel et nombre de prisons sont détruits. L’ONU est présente dans le pays : le chef de mission de la Minustah (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti) est mort dans le séisme. Un mouvement mondial s’organise pour aider les Haïtiens. Pourtant, en octobre, une épidémie de choléra se propage, sans que les institutions moribondes de l’État ni les ONG ne réussissent à en endiguer le flux.

Le témoignage d’un acteur direct
L’épidémiologiste Renaud Piarroux, chef de service à la Pitié-Salpêtrière, professeur à la faculté de médecine de Sorbonne Université/INSERM, est appelé par l’ambassade de France pour aider les services sanitaires à se reconstituer et à lutter contre l’épidémie et ses effets. Il constate que la catastrophe est née de la négligence criminelle des casques bleus de l’ONU : un contingent de Népalais est arrivé en octobre 2010 alors que sévissait dans leur pays une épidémie de choléra. Ils ont rejeté leurs fluides contaminés dans la rivière Meye qui se jette dans le fleuve Artibonite. 500 000 victimes potentielles : « le choléra est la conséquence d’une gestion calamiteuse des sanitaires par l’ONU ».

Lutter contre les manipulations
Pourtant pendant plusieurs semaines, nombre d’experts diffusent une théorie environnementale : le choléra serait présent de manière endémique en Haïti et se serait diffusé à cause des destructions du séisme. Dès novembre 2010, le rapport de Renaud Piarroux met en avant la responsabilité des soldats de l’ONU, et rappelle qu’il n’y a jamais eu d’épidémie massive de choléra dans le pays avant 2010. Les discours officiels parlent de 7000 morts liés au choléra. Pour lui, le chiffre est plutôt autour de 30 000 morts. Le rapporteur général de l’ONU, Philip Alston, constate comme Renaud Piarroux que nombre de preuves ont été effacées, que l’ONU a tenté de limiter l’accès aux lieux à l’origine de l’épidémie, et que certains experts se sont dévoyés dans la théorie environnementale. Depuis 2011, le choléra est endémique dans le pays. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a présenté les excuses de l’organisation aux Haïtiens en décembre 2016. Fin 2018, l’OMS annonce qu’il n’y a plus de cas enregistrés.

Éthique: un cas d’école
Dans Choléra. Haïti 2010-2018, histoire d’un désastre (CNRS Editions, 2019), Renaud Piarroux constate : 1) que la science peut être dévoyée par les scientifiques eux-mêmes ; 2) que comme nombre d’organisations, l’ONU peut mentir pour préserver son image ou échapper à ses responsabilités ; 3) que les questions sanitaires sont donc aussi, ou d’abord, des questions politiques dans lesquelles les médecins comme les victimes peuvent se trouver noyés. Un témoignage majeur pour réfléchir aux liens entre géographie sanitaire et histoire des institutions, un cas d’école pour qui réfléchit à l’éthique des organisations.

Les citations sont extraites de l’ouvrage.
Lire l’entretien que Renaud Piarroux a accordé à Paul Benkimoun et Béatrice Gurrey le 23 mars 2019.
HB


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.