Amazonie et Grande Muraille Verte

Une maison d’édition efficace se doit d’être surprenante. Depuis 2015 et l’arrivée de Blandine Genthon à la tête de cette entreprise dont le cœur de métier est de valoriser la recherche, les éditions du CNRS, ou plutôt CNRS Editions, me surprend souvent. Le 4 avril 2019 sont parus en même temps un collectif dirigé par Gilles Boëtsch et quatre chercheurs sur la « Grande Muraille Verte », et une étude sur l’Amazonie, par François-Michel Le Tourneau. Deux sujets dont la presse et les digests parlent souvent, mais sur lesquels paradoxalement très peu de données scientifiques étaient accessibles. Voici qui est comblé, et qui comblera au lycée et en prépa ceux qui enseignent la géographie du développement durable, la géographie et la géopolitique du Sahel et du Brésil.

« L’Amazonie » n’existe pas

C’est en tout cas par cette phrase que commencent les 524 pages sur l’Amazonie du livre de François-Michel Le Tourneau. Le sous-titre Histoire Géographie Environnement peu sembler bien aride, mais la lecture est une plongée savante dans un espace méconnu, servi par de nombreuses cartes et graphiques en couleur (si, si, et c’est rare). Si l’espace géographique confirme le savoir connu, la partie historique est très nouvelle : la conquête coloniale et ses effets démographiques, la naissance de l’Amazonie comme front pionnier, son appropriation par l’imaginaire brésilien, le boom ambigu du caoutchouc et la question des frontières d’États sont autant de dilatations de la pensée autour de cet espace considéré depuis 1911 comme un enjeu de puissance et de soft power par le Brésil, aux dépens de ses voisins. Les trois dernières décennies permettent de poser les enjeux actuels : la question agraire et le « chaos foncier », la protection de la biodiversité, la question indienne et les législations sur le déboisement. Alors « Que vaut l’Amazonie ? » (p. 367) : la réponse est en partie dans l’extrême difficulté à contrôler un territoire plurinational, peu dense, très montagneux, fantasmé politiquement à l’échelle continentale et environnementalement à l’échelle mondiale. L’auteur affirme qu’il existe une « malédiction amazonienne » (ses produits sont peu rentables), que la forêt souffre de son image d’espace « vierge » (ce qui marginalise ses habitants) et que « l’illusion de l’abondance » qu’elle suscite empêche un développement efficace de cette terre. Alors faut-il « cesser de développer l’Amazonie » ? (p.485).

15 km de coopération contre l’aridité

Cesser de développer n’est pas du tout le cœur de l’ouvrage dirigé par les géographies, écologues et ingénieurs Gilles Boëtsch, Priscilla Duboz, Aliou Guisse et Papa Sarr. La Grande Muraille Verte (GMV) est une utopie en marche, proposée en 2002 dans le cadre de l’Union Africaine. En 2010, une Agence a même été créée pour en rationaliser les financements et l’application. Ces 15 km de bande végétale sur 7800 km de long, de la Mauritanie à Djibouti, ont trois objectifs : 1) retenir l’aridification des sols ; 2) créer une coopération environnementale ; 3) permettre un équilibre écologique en rétablissant des espèces végétales et animales qui en fassent une autoroute de la biodiversité. Mais le principal problème, hors les vicissitudes politiques, est le maintien de l’eau sur ce tracé plutôt aride. Comment maintenir les dattiers ? les insectes ? les petits mammifères ? Comment permettre aux communautés d’y vivre sans s’y sentir enfermés ? Quelles conséquences sur la santé de ces habitants ? Très étonnant article de Massamba Diouf sur « la santé bucco-dentaire » des habitants : l’eau y est très salée, mais la population y est mieux suivie qu’ailleurs. Et surprenant papier de six agronomes et biologistes sur « la communauté des petits rongeurs » dont la santé est le symptôme de l’état de cette utopie environnementale contemporaine.

Ces deux ouvrages exigeants mais finalement très accessibles n’ont pas que le mérite de combler des lacunes bibliographiques pour le public cultivé. Ils interrogent aussi le rôle ambigu des acteurs politiques et de l’imaginaire collectif autour de deux espaces (la forêt, le désert) que les sociétés locales contrôlent, mais que les autorités politiques pensent, à tort selon les auteurs, peu capables de gérer seules ces territoires symboles de nos troubles environnementaux.

HB


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.