Catalogne 1978-2018

« Défendre Madrid, c’est défendre la Catalogne ». En novembre 1936, la Généralité de Catalogne publie une affiche en soutien à Madrid, capitale républicaine assiégée par les troupes nationalistes de Franco. Barcelone vit son existence politique et ses droits régionaux étroitement liés au sort de la jeune République qui a reconnu sa spécificité en 1932. Après 40 ans de silence de plomb franquiste, après 40 ans d’une démocratie qui a reconnu l’existence de la Catalogne dans un royaume décentralisé, la crise politique semble réinterroger depuis 2017 ce rapport entre la Catalogne et l’Espagne.

Deux livres d’objectifs et de styles très différents sont parus en février 2019. L’historien Benoît Pellistrandi fait paraître Le labyrinthe catalan, chez Desclée de Brouwer: la crise catalane y est expliquée dans toute sa complexité historique, mais aussi à travers les transformations des nationalismes catalans. La journaliste Laurence Debray publie la version augmentée de sa biographie du roi Juan Carlos, initialement parue en 2013, pour y inclure l’abdication de celui qui a permis la transition démocratique; elle n’y cache pas son admiration pour le personnage, et y raconte avec vivacité la naissance de la monarchie parlementaire (1975-1978).

La liberté catalane, fruit de la transition démocratique

La Catalogne est à la fois dedans l’Espagne et en dehors. Elle prend hélas peu de place dans la biographie de Juan Carlos. La transition démocratique était le fruit d’un « pari audacieux » (p.235) qui incluait notamment le retour d’exil de Josep Tarradellas, le 23 octobre 1977, comme président de la Géneralité catalane; créée en 1932, elle est restaurée en 1977 contre la reconnaissance de la monarchie et de l’unité de l’Espagne, « royaume décentralisé » et non simple assemblage de nations. Mais cette région semble un petit détail dans sa vivante biographie comme dans l’histoire du roi. Le père du roi Juan Carlos était comte de Barcelone, mais l’anecdote s’arrête là.

Le problème est au contraire au coeur du petit livre dense de Benoît Pellistrandi. D’abord parce qu’il met de la longue durée dans le nationalisme catalan actuel, sans cacher au lecteur sa méfiance vis-à-vis de l’actuelle « comédie » politique qui se joue à Barcelone (p.19). S’il revient sur les XVIIIe et au XIXe siècle, il inscrit surtout les troubles d’aujourd’hui dans l’histoire de la transition démocratique pour laquelle il n’existe que des citoyens espagnols (pas de citoyens catalans), et où ce sont les citoyens espagnols et non les territoires qui donnent des droits (pas de légalité d’un référendum d’appartenance au pays). Si les errances des mouvements nationalistes font du catalanisme politique un « labyrinthe », le nationalisme catalan incarné par Carles Puigdemont traduit plus une « crise assez profonde du fonctionnement des démocraties libérales en général, (et) de la démocratie espagnole en particulier » (p.187):

1) crise gauche/droite, radicalisée jusqu’à se transformer en une crise Catalans v. Espagnols;

2) crise institutionnelle qui peut remettre en cause la monarchie parlementaire, fondement de la démocratie espagnole, garant de l’équilibre de la Constitution de 1978. Le risque du retour violent d’une minorité franquiste (dont Vox est l’émanation?) existe: elle n’a accepté la démocratie que parce que Juan Carlos a succédé légalement à Franco ;

3) crise de la vérité, les nationalistes catalans opposant la post-vérité d’un Metternich-Rajoy régnant sur une Madrid corrompue à leur « mythologie romantico-révolutionnaire » (p.197).

La Catalogue de 2018 ravive les plaies apaisées en 1978

Alors oui, la crise catalane révèle les ambiguïtés du compromis historique, né de la transition, dont les arrangements nécessaires sont aujourd’hui remis sur la table: acceptation de la royauté, pas de procès du franquisme, acceptation des spécificités régionales contre soutien à l’unité politique. Le gouvernement Puigdemont a proclamé puis suspendu la république de Catalogne. Franco vient d’être exhumé du Valle de Los Caidos. L’imposition de la langue catalane se fait parfois aux dépens de la langue espagnole. Le roi Felipe VI se doit « d’arbitrer et de modérer » (Laurence Debray p.338) un pays aux blessures ravivées.

L’entretien que Benoît Pellistrandi m’a accordé à Radio Notre-Dame est accessible ici.

HB


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.