2019: l’Algérie en transition

Le 2 avril 2019 le président algérien Abdelaziz Bouteflika a démissionné. 20 ans à la tête du pouvoir. Le dernier représentant de la génération qui a lutté contre la colonisation française pour l’indépendance du pays. Pour une fois, ce n’est pas seulement l’armée qui semble avoir poussé Bouteflika dehors, ou alors en croche-patte de dernier moment, mais bien les manifestations populaires, de plus en plus massives. Trois questions se posent: 1) Qui pour lui succéder? 2) Qui pour reconstruire un paysage politique fossilisé? 3) Quel rôle pour l’armée et quelle influence pour les islamistes? Impossible de répondre à ces questions aujourd’hui, mais certaines analyses publiées avant cette démission peuvent contextualiser les sujets de demain.

L’Algérie pourrait…

Akram Belkaïd est journaliste au Monde Diplomatique et chroniqueur au Quotidien d’Oran. Le 4 avril vient de paraître, dans la riche collection « En 100 questions », dirigée par François-Guillaume Lorrain, le numéro consacré à l’Algérie. J’adore les sous-titres: ils en disent souvent bien plus sur les objectifs des ouvrages. Belkaïd l’a sous-titré « Un pays empêché ». La démission de Bouteflika maintient-elle la pertinence de ce sous-titre? Pourtant une des questions attendues (« Pourquoi les Algériens se désintéressent-ils de la politique ») se termine d’une manière prémonitoire: « Sur Internet comme dans la vie de tous les jours, c’est une véritable guerre de position que livre le régime pour ne pas se laisser déborder. Va-t-il finir par craquer et ne plus endiguer la contestation? C’est inévitable. Reste à savoir quand et dans quelles conditions cela va intervenir » (p. 134). Tout était déjà écrit dans son introduction: « L’Algérie pourrait. Mais elle arrive à peu. Vue de l’extérieur, elle donne l’impression de se restreindre et de se chercher en permanence comme si de puissantes forces invisibles l’empêchaient de prendre enfin son envol » (p. 12).

… malgré des « forces invisibles » très visibles…

L’Algérie est le 18e producteur mondial de pétrole, 9e producteur de gaz naturel (6e exportateur), a 25 ans de pétrole et 55 ans de gaz disponibles en réserves prouvées. 98% des exportations du pays viennent des hydrocarbures (60% du budget de l’État). Comment l’Algérie pourrait-elle sans se diversifier économiquement? Problème 1: la corruption, et pas seulement celle du « système » qui entoure l’ex-chef de l’État, mais aussi celle du quartier ou du moindre papier administratif. Problème 2: le système bancaire; 85% des actifs sont entre les mains des banques publiques, qui n’accordent quasiment pas de prêts aux entreprises. Et le paiement électronique est à peine balbutiant. Problème 3: le dinar n’est pas convertible pour les particuliers; or la diaspora algérienne envoie beaucoup d’argent au pays, ce qui alimente un marché noir des devises étrangères dont 80% est l’euro. Ces problèmes sont anciens et connus, et exaspèrent la population du pays qui a tenté l’économie dirigée, le développementalisme, une faible libéralisation, et ne correspond plus aujourd’hui à grand-chose d’autre qu’à une économie de rente qui dépend aussi des apports d’une grande diaspora qui ne peut pas facilement aider le pays, et qui voit l’armée et l’élite politique, sous prétexte de tenir un pays autrefois sujet aux convulsions révolutionnaires islamistes, contrôler l’essentiel des fruits de l’économie. On a longtemps expliqué l’apparente apathie de la population, comme au moment des Printemps arabes, par la peur du retour à la « décennie sanglante » (1992-1999) entre l’armée et les islamistes, et ses 40 000 à 200 000 morts.

… comme l’environnement

Problème 4: la pollution du pays. Dans les grandes villes, le taux de pollution de l’air est sept fois plus important qu’en Europe, dans le nord mais aussi dans le sud saharien. Le DDT continue d’être utilisé dans l’agriculture, les rejets industriels et les eaux usées polluent les côtes devenues repoussoirs pour les habitants et les touristes, et surtout les déchets ménagers encombrent les rues. Pourquoi un pays aussi sale? L’État. « Considérant que le pays appartient à ce dernier, de nombreux Algériens n’ont aucun scrupule à laisser se détériorer l’espace public. Et c’est pour montrer que ce même pouvoir est incompétent que d’autres Algériens se mobilisent pour des campagnes de nettoyage des villes et des campagnes » (p.242). Je pense à la Chine, où la seule contestation possible du régime vient des manifestations hostiles à la pollution de l’air dans les grandes métropoles.

Et si la question environnementale était aussi une des vraies raisons, après la corruption, la misère, la faiblesse des droits et des libertés, de la révolution algérienne d’avril 2019? Ce n’est pas la moindre des bonnes idées que suggère ce livre. Tant que ces questions environnementale, financière et politique ne seront pas réglées, pas impossible que la révolution d’avril 2019 ne soit qu’un un coup d’épée dans l’eau.

HB


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.